Bienvenue dans la société de l’assistanat intellectuel

Mon smartphone me comprend mieux que toi. Internet devrait être de mon côté plutôt que de celui des Gafa et des commerçants. Je veux épicer ma vie avec des expériences virtuelles. Je rêve d’être épaulé par un assistant… Des internautes urbains, friands de nouvelles technologies, ont répondu aux questions d’Ericsson.

assistanat-intellectuel

C’est la huitième fois qu’Ericsson Consumer & Industry Lab interroge les «early adopters», ces personnes qui utilisent les nouvelles technologies dès leur apparition, et publie ses «10 Hot Consumer Trends 2019». Les attentes des sondés, tous urbains, préfigurent ce que sera notre quotidien d’ici à quelques années, enrichi d’intelligence artificielle, de réalité virtuelle, de 5G et d’automatisation. Un grand nombre d’entre eux pensent que le smartphone sera animé d’une conscience et que les assistants vocaux seront à l’origine de disputes familiales. Au-delà de ces outrances, cette étude suggère que l’assistance permanente de ces outils va nous rendre intellectuellement dépendants — nous le sommes déjà parfois (numéros de téléphone, déplacements par GPS, réseaux sociaux, etc.). Il ne nous reste plus qu’à devenir poli avec ces nouveaux «amis» virtuels, comme nous le recommandent déjà Google et Amazon, histoire d’aggraver notre aliénation.

Méthodologie
Enquête menée en octobre 2018 auprès de 5 097 internautes avertis, âgés de 15 à 69 ans, à Johannesburg, Londres, Mexico, Moscou, New York, San Francisco, São Paulo, Shanghai, Sydney et Tokyo. Au moins une fois par semaine, 47% utilisent un assistant vocal et 31 % se servent de la réalité virtuelle ou augmentée.

TENDANCE 1
L’IA, ma meilleure amie

Notre smartphone est susceptible de contenir plus de fonctions que n’importe quoi d’autre — la reconnaissance faciale, par exemple, encore peu utilisée. Qu’en sera-t-il lorsque le smartphone prendra pleinement «conscience» de nous ? Il sait ce que nous faisons, où nous allons, il saura qui nous sommes. Aujourd’hui, l’intelligence artificielle peut déjà percevoir notre personnalité simplement en analysant notre regard(1) ou notre voix. La moitié de ceux qui utilisent des assistants vocaux, tels que Siri, Alexa ou Google Now, pensent que leur smartphone déchiffrera bientôt leurs émotions. Et 42 % estiment que leur appareil les comprendra mieux que leurs amis. Étonnamment, deux fois plus de gens font plus confiance à une IA qu’à un humain pour garder leurs secrets.

TENDANCE 2
La paix des ménages menacée

La vie de famille est aussi faite de querelles. Ces disputes pourraient être amplifiées par l’usage intensif des assistants vocaux. Que se passera-t-il lorsque plusieurs assistants de différentes marques interviendront dans un même foyer ? Ils fourniront forcément des réponses différentes, selon 47 % des personnes interrogées. 66 % croient même que, d’ici à trois ans, ce sera couramment source de discordes au sein des foyers. D’où l’importance pour certains de posséder des assistants compatibles (41 %).

TENDANCE 3
Je vois des espions partout

Le fait d’être envahi de publicités ciblées juste après une requête sur un moteur de recherche tend à prouver que nous sommes «espionnés». Bien que les preuves sur la surveillance de nos échanges sont encore rares, 47 % des sondés estiment que les applications utilisent caméra, microphone et données de géolocalisation pour collecter des informations sur leurs comportements, même lorsqu’elles ne sont pas activées. De nombreuses personnes ont le sentiment d’être exploitées. En effet, près de 52 % des consommateurs supposent que les applications, notamment les plus courantes, collectent leurs données personnelles afin de générer d’importants bénéfices. Plus de la moitié du panel évite de livrer de telles informations mais craint toujours que les fournisseurs commercialisent leurs données à des tiers sans leur autorisation. In fine, 59 % des personnes interrogées souhaitent l’instauration de règles universelles de protection des données personnelles.

TENDANCE 4
Je veux garder la main sur mes données personnelles

Depuis l’instauration du RGPD(2), un nombre croissant de sites web réclament l’accord de l’internaute sur la collecte d’informations personnelles. Et qu’importe si la navigation sur Internet devient une véritable corvée pour celui qui refuse que ses données soient exploitées gratuitement. En effet, pour contourner l’initiative de l’Union européenne visant à nous protéger, la plupart des sites web proposent par défaut à leurs utilisateurs de renoncer à leurs droits (et non l’inverse). Si bien que 46 % estiment le RGPD inutile, car le renoncement est quasi-contraint. Plus de la moitié demande la création d’un seul accord standardisé pour tous les sites, permettant de choisir le niveau d’exposition de son intimité. Pas moins de 42 % des personnes interrogées veulent qu’Internet soit fondamentalement modifié afin qu’il redevienne positif pour la société.

TENDANCE 5
Madame Bricolage et Monsieur Tango dans une autre réalité

Près de la moitié des sondés s’accorde à dire que ceux qui passent trop de temps en ligne oublient la vie réelle. Internet est sur le point de nous aider à renouer avec le réel grâce aux réalités augmentée et virtuelle. Et 82 % des utilisateurs de ces technologies estiment que des formations seront courantes dans trois ans. Ils sont 60 % à appeler de leurs voeux des lunettes avec des instructions affichées sur les verres pour tout réparer chez eux et 56 % à souhaiter apprendre à danser en réalité augmentée. Le déploiement de ces réalités «parallèles» fera surgir de nouveaux réseaux de compétences.

TENDANCE 6
Voyez l’intendance avec mon assistant

Les gens attendent des nouvelles technologies qu’elles automatisent les aspects ennuyeux de la vie courante afin de consacrer plus de temps aux choses intéressantes. Par exemple, les courses au supermarché n’excitent personne et 49 % des utilisateurs d’assistants virtuels aimeraient automatiser le réassortiment de leur garde-manger. Garder une trace des factures de gaz, d’électricité ou d’eau et les payer quand elles sont dues est une autre tâche fastidieuse que 55 % des personnes interrogées délégueraient volontiers. Idem des finances, déclarations fiscales comprises, pour 47 % d’entre elles. Et 52% veulent des assistants capables de gérer les garanties de l’électroménager tombé en panne. Une partie de cette automatisation des tâches domestiques, a priori bénéfique aux humains, pourrait se produire plus tôt que prévu. En fait, sept utilisateurs d’assistant virtuel sur dix pensent que cela sera monnaie courante dans trois ans.

TENDANCE 7
De la paresse de l’esprit

Du pain grillé ou des céréales ? Demander conseil à un appareil sera une réalité : 34 % des sondés sont prêts à faire confiance à leur assistant pour des conseils de nutrition, quand 25 % seulement s’adresseraient à un humain. Par ailleurs, 57 % veulent un smartphone qui prévoira une maladie avant qu’ils en aient repéré les symptômes. Autre phénomène : 43 % attendent de leur assistant virtuel qu’il décide quand ils doivent consulter un médecin, un dentiste ou un coiffeur. Sommes-nous sur le point d’élargir notre paresse physique à la paresse de l’esprit ? En effet, un tiers des sondés admettent que ce type d’aide au quotidien leur fera oublier comment prendre une décision. Quelque 34 % pensent que la pensée critique va disparaître. Et 31 % s’attendent à ce que nous devions aller dans des salles de sport cérébral.

TENDANCE 8
C’est bon pour la planète

Aujourd’hui, le bien-être est autant une question de CO2 que de calories. Les gens associent de plus en plus leur propre santé à un environnement sain. Ainsi, 39 % des personnes interrogées souhaitent une montre «intelligente» qui mesure leur empreinte carbone au quotidien. Cependant, la sensibilisation est une chose, agir en conséquence en est une autre. C’est là que l’automatisation entre en jeu. Dans cinq ans, 75 % pensent que les télérencontres, par opposition aux rencontres physiques, seront courantes avec un impact positif sur l’environnement. Les changements s’appliqueront également de la même manière à la vie privée : 78 % estiment que, dans cinq ans, les vacances en réalité virtuelle deviendront la norme pour des raisons environnementales.

TENDANCE 9
Mon avatar et moi

Être à deux endroits en même temps peut sembler magique, mais, en réalité, nous avons déjà ce don d’ubiquité — par exemple, au téléphone ou sur Internet. Le panel pense à 48 % que les avatars, via les réalités augmentée et virtuelle, imiteront parfaitement leur visage, si bien qu’il sera difficile de différencier le vrai du faux. Mais le flou entre réel et virtuel comporte certains avantages. La moitié des personnes interrogées voudrait un avatar pouvant les représenter simultanément au travail, à l’école et auprès de leurs amis. En revanche, 46 % s’inquiètent du vol de leur identité, dans l’éventualité où leur avatar commettrait des actes délictueux. Selon 49 %, les services client, assistance comprise, un domaine déjà fortement automatisé, ne tarderont pas à utiliser uniquement des avatars au lieu de salariés.

TENDANCE 10
Mon foyer se débrouille en 5G

Les internautes mobiles attendent beaucoup de la 5G pour favoriser l’automatisation dans leur quotidien(2) : 37 % prévoient d’activer les alarmes de leur domicile et 23 % le déploiement des voitures autonomes. Un sur cinq imagine qu’un plus grand nombre d’appareils seront interactifs : compteurs électriques, réfrigérateurs, cuisinières, machines à laver… Alors que l’iPhone a marqué l’Internet mobile, il faudrait un appareil emblématique qui définisse le nouvel Internet massivement IA : les sondés classent l’ordiphone IA au premier rang des appareils technologiques à acquérir sur une liste de 12 objets. Ils ont classé les voitures autonomes en 2e position, la réalité augmentée en 3e et les lunettes «intelligentes» en 4e.

 

(1) Source : «Frontiers in Human Neuroscience», 13 avril 2018, www.frontiersin.org
(2) Lire aussi AMMag n° 399 d’avril 2018, p. 13.
(3) Lire «Les promesses de la 5G» dans AMMag n° 404 de novembre 2018, p. 54.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.