De la difficulté d’être Reach

Selon la réglementation européenne Reach, l’usage du chrome hexavalent, essentiel au traitement de surface mais très toxique, est soumis à autorisation temporaire depuis le 1er septembre. Une décision qui contraint les entreprises à s’engager dans une procédure complexe. À terme, il leur faudra trouver et financer des substituts. État des lieux.

Traitement de surface par voie humide dans l’usine Safran de Molsheim. Le motoriste développe de nouveaux procédés d’anodisation visant à éliminer le chrome VI à différentes étapes du traitement. En partenariat avec Airbus, il a ainsi mis au point une solution d’anodisation sulfo-tartrique «long cycle». Photo : DR

Pour consulter cet article, vous devez être abonné à Arts & Métiers Magazine.

Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter à votre compte.

Si vous souhaitez vous abonner au magazine, cliquez sur ce lien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.