Des salariés biens dans leur “village”

Bretagne Ateliers est une entreprise adaptée de la banlieue rennaise. Avec 87% de salariés en situation de handicap, gérée selon un mode de management collaboratif, elle a prouvé l’excellence de son savoir-faire et de son savoir-être d’intégrateur-ensemblier sous la houlette de Daniel Lafranche (An. 80), son directeur général. Reportage au sein d’une entreprise où l’humain compte.

Devant son tableau d’affichage, Thierry, jeune quinqua, est très à son aise pour expliquer le fonctionnement par «villages» de Bretagne Ateliers. Être pris en photo ne le gêne nullement, au contraire. Pas plus que ses collègues, quasi-stars des médias. Ceux-ci défilent pour visiter cette entreprise adaptée qui a généré 17 millions d’euros l’an passé grâce à ses 500 salariés, dont 380 en situation de handicap.

Indicateurs au beau fixe

Depuis 1995, soit vingt ans après sa création, installée en banlieue rennaise, à côté du site de PSA à La Janais, Bretagne Ateliers est organisée sur un mode de management collaboratif, nommé Cristal — acronyme pour «convivialité, rigueur, implication, simplification, tous ensemble, amélioration, longévité». Chaque «village», une douzaine de salariés regroupés par secteur d’activité, se réunit une fois par semaine pour faire le point sur la qualité, la productivité, la sécurité ou l’environnement, aborder les problèmes ou proposer des innovations.
Thierry, justement, trente ans d’ancienneté, est le pilote du village dénommé Cristaux. «Depuis février, montre-t-il, ne figurent que des “soleils” sur ce tableau. Cela signifie qu’il n’y a eu aucune réclamation. Si nous avions envoyé une palette non conforme, j’aurais affiché un “nuage avec des éclairs”, pendant quatre semaines pour sensibiliser tout le monde. J’aurais provoqué une réunion pour identifier et résoudre le problème.»
La météo est donc au beau fixe en Bretagne, et ce n’est pas le seul indicateur : les feux tricolores, eux, traduisent l’humeur de l’équipe. Au vert, l’ambiance est excellente actuellement. Et il est vrai que les rires fusent de-ci de-là dans ce vaste atelier où on s’affaire en toute convivialité, qui sur les chaînes de câblerie automobile, qui sur un système de climatisation de véhicule, qui sur de la numérisation de documents officiels, qui sur des bouchons de flacons de parfum. Dans un local fermé, cinq personnes coiffées de charlotte et munies de gants travaillent sans relâche à vérifier la qualité, insérer des ressorts, placer le poussoir correctement, etc. Objectif, 140 000 bouchons rose vif pour un parfum haut de gamme. Enjoués, les salariés paraissent très motivés.
«Quand on donne aux gens la capacité d’agir, qu’on les écoute, ils s’impliquent, explique Daniel Lafranche (An. 80), directeur général. La personne handicapée sait mieux que les autres ce qu’il lui faut pour travailler correctement. On a très peu de turn-over. Les salariés sont fiers, ils participent à l’amélioration de cette société, reconnue pour son excellence en prestation industrielle et de services, certifiée Iso 9001 [qualité et performances de l’organisation, NDLR], EN 9100 [qualité pour l’aéronautique], norme UL [sécurité du public] — et une démarche Iso 26000 [responsabilité sociétale] est en cours.»
Il faut dire que Bretagne Ateliers fait partie des équipementiers de rang 1 de grands donneurs d’ordres comme le voisin PSA Peugeot Citroën (seules 9 pièces défectueuses par million de pièces produites en 2015), Alstom (trophée 2014 du meilleur fournisseur) ou la SNCF (trophée 2014 de l’excellence des fournisseurs). En 2013, Airbus a rejoint ces grands clients en confiant à l’entreprise rennaise des pièces de l’A350.

Daniel Lafranche (An. 80), directeur général de Bretagne Ateliers.

«L’envie de faire ensemble»

L’adoption de Cristal a débuté en 1995, durant une période difficile pour l’entreprise, avec un choc pétrolier et la forte baisse de charge de PSA, le principal client. Après le retour d’un cadre du Japon, il a été décidé de s’inspirer de l’organisation de Sanden. Bretagne Ateliers y est allée en douceur, à son rythme, pour modifier son management : «Qui fait la qualité ? Qui respecte les délais ? Les opérateurs, répond Daniel Lafranche, qui a intégré l’entreprise en 1998 et en a pris les commandes en 2004. Ce sont eux qui satisfont les clients. L’encadrement ne vient qu’en accompagnement. Mais, attention, on ne change pas de méthode tous les six mois : la méthode Cristal est étoffée au fur et à mesure, enrichie de nouveaux outils…»
Le gadzarts estime savoir à présent pourquoi il se lève le matin : «En sortant de l’École, j’ai eu une première expérience dans l’industrie du froid, puis comme ingénieur d’affaires. J’ai passé un master stratégie d’entreprise. Ces expériences m’ont beaucoup appris, notamment dans le management de gestion, mais, après quinze ans au même poste, j’étais en quête de sens — l’entreprise était gérée «à l’américaine», avec les yeux rivés sur un tableur, le personnel ne comptait pas. Je me suis remis en question.» Daniel Lafranche démissionne pour Bretagne Ateliers. À l’époque, l’entreprise compte 240 collaborateurs. Il est embauché comme directeur commercial, avant d’en prendre la direction générale six ans plus tard — heureux de revenir vers l’industrie, il est à présent «dans la dynamique de mettre des gens au travail, entouré de visages souriants». «Les valeurs des gadzarts, reprend-il, sont celles que je défends : envie de faire ensemble, générer de la dynamique de groupe, de la confiance ; c’est comme ça qu’on grandit !»
Bien entendu, Bretagne Ateliers, historiquement adossé à PSA, subit les aléas du marché en dépit d’une forte diversification. Mais des emplois pérennes y sont créés en sus de son utilité sociale — «pour un ex-chômeur longue durée handicapé, vivre en entreprise permet de se reconstruire ; le temps libre est souvent redouté», explique Daniel Lafranche. Et la perspective du nouveau 5008, fin 2016, et du futur utilitaire sport (SUV) de Citroën, le C84, prévu pour 2017, a fait pousser un ouf de soulagement aux voisins de PSA de Rennes-La Janais.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.