Engagement et ouverture

Jean-Marie-Vigroux-president-societe-ingenieurs-arts-et-metiers
Jean-Marie Vigroux (c) Romaric Mathieu

La première assemblée générale de printemps sous nos nouveaux statuts a été l’occasion de faire un point sur les actions de la nouvelle équipe élue le 9 décembre dernier et de tracer des axes de travail forts pour les mois qui viennent. Dans tous les domaines, des progrès considérables ont été réalisés dans un temps très court. La qualité du rapport financier présenté par notre trésorier, Didier Bordet (Cl. 76), a été saluée par tous. Ce document d’une quarantaine de pages, accessible à tous via le lien figurant dans la convocation à l’AG envoyée par mail, présente de façon claire un état des lieux de nos activités. Il nous sert de référence pour améliorer notre gestion et réorienter les initiatives qui le nécessitent.

La nouvelle équipe d’Arts et Métiers Acceleration (AMA) mise en place à l’issue du premier conseil d’administration de la Soce, tenu le 19 janvier, a restructuré l’activité pour en rendre le coût supportable par notre association tout en préservant intact son potentiel et son attractivité pour les jeunes entreprises. Je tiens à rendre un hommage appuyé aux camarades qui la composent et dont les compétences sont reconnues : leur engagement bénévole sous la conduite de Gérard Mura (Li. 65) nous a permis de progresser rapidement. La SAS, dont les statuts ont été déposés en mars, s’inscrit désormais clairement dans la continuité de l’incubateur Arts et Métiers et permet à notre communauté d’offrir un spectre d’offres de soutien à l’entrepreneuriat sans égal en France. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Les réalisations ainsi que le potentiel d’AM Multimédia ont été rappelés. La qualité de la revue que vous tenez entre vos mains en est l’expression. N’hésitons pas à la diffuser et à inciter tous ceux qui sont intéressés par la technologie et l’application de nos valeurs humaines au sein des entreprises à s’y abonner.

Le congrès de Shanghai prend tournure : nous sommes dans la phase de validation définitive du projet. La décision sera prise en septembre sur la base des soutiens financiers réunis.

Un nouveau cadre pour transmettre nos Traditions

Le cadre de la nouvelle vie à l’École se précise lui aussi. Après l’accord sur la transmission de nos Traditions signé fin mars à Bordeaux, un nouveau point d’étape est prévu en juin sur ses modalités d’application lors de la prochaine rentrée. L’engagement des élèves et de la direction de l’École, au niveau national et dans les campus, est en tout point remarquable. Je tiens à les en remercier et à féliciter nos DSC et DSC² dont le soutien constant donne une belle image de notre Soce. Vous l’aurez compris, les rendez-vous de la rentrée seront importants. Votre engagement et votre soutien sont plus que jamais nécessaires.

La Soce en ordre de marche, notre énergie peut désormais se consacrer au futur des Arts et Métiers. Plusieurs actions sont en cours avec l’École dans le climat de confiance que j’appelais de mes vœux et qui est la marque distinctive de mes relations avec son directeur général, Laurent Champaney.

Tournés vers la formation des talents pour l’industrie du futur

La promotion de l’enseignement technologique est au cœur de nos préoccupations communes. J’ai soutenu, au nom de notre association, l’appel en ce sens adressé par les IESF(1) à Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, dont la réforme du lycée et du baccalauréat est structurante pour l’avenir. Dans une lettre adressée à la présidente de la CGE(2), le ministre rappelle que les étudiants qui souhaitent poursuivre leurs études supérieures dans des domaines scientifiques peuvent approfondir la physique et, dans notre cas, les sciences de l’ingénieur, tout en suivant un enseignement optionnel de «mathématiques complémentaires». Il est de notre devoir de le faire savoir et de l’encourager.

Nous devons nous intéresser à toutes les filières susceptibles de nous apporter leurs meilleurs éléments. Les filières traditionnelles suivant les classes préparatoires bien sûr, mais aussi les filières courtes dès lors que la professionnalisation est réussie, les parcours universitaires ainsi que les «post-bac» et ceux faisant valoir les acquis de l’expérience.

Le Pr Yves Malier, qui recevra le prix Nessim-Habif le 25 mai pour ses travaux reconnus internationalement sur les bétons hautes performances, est un magnifique exemple de la richesse apportée par cette ouverture. Il en est aussi un superbe avocat. Qui pourrait être surpris qu’il soit un défenseur de notre formation et un ami des Arts et Métiers(3). Nous devons faire preuve d’ouverture tout en recherchant en permanence l’excellence, où qu’elle soit et d’où qu’elle vienne.

Soyons fiers d’être gadzarts !

(1) Ingénieurs et Scientifiques de France.
(2) Conférence des grandes écoles.
(3) Voir son ouvrage «Reconnecter la formation à l’emploi» préfacé par Bertrand Collomb, aux Presses des Mines, 2017.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.