Être et demeurer “la” référence

La première édition du salon Global Industrie a été un vrai succès. Le travail très professionnel des équipes de GL Events, avec qui la Soce coopère depuis plusieurs années, porte ses fruits. Avec 2 700 exposants, une participation internationale, notamment asiatique, remarquée, 100 000 m² de surface d’exposition, des parcs machines et des réalisations techniques qui donnent envie de produire, tout cela méritait bien la réception des industriels français exposants à l’Élysée par Emmanuel Macron, président de la République, et l’inauguration par Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des Finances. Cet intérêt manifesté au sommet de l’état annonçait d’autres visites, dont celle de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, et de personnalités politiques de premier plan, en présence des dirigeants au plus haut niveau d’entreprises de toutes tailles.

Notre association a tenu sur Global Industrie une place unique. Espace dédié pendant toute la durée du salon, où l’accueil était assuré par nos permanents ; animation du hackathon par les équipes d’AM Acceleration ; participation d’AM Multimédia au jury qui a attribué les trophées de l’Innovation 2018 ; coaching de professionnels par deux membres du pôle Carrière ; réunion du Club des 100 avec la direction générale de l’école à l’occasion de la soirée de gala ; sans oublier la présence de nombreux archis venus à titre professionnel : les Arts et Métiers étaient clairement identifiés comme «la» formation de référence des ingénieurs de l’industrie du futur.

La reconnaissance du monde de l’industrie

Ce salon portait l’étendard d’une semaine de l’industrie où l’école a été très active. La chronique de Laurent Champaney dans «les Échos», proposant «un modèle original inspiré de nos voisins [allemands] en créant ces grands champions capables de délivrer des diplômes du niveau licence au doctorat et résolument orientés en direction du monde industriel», a été remarquée.

L’enquête réalisée par OpinionWay pour l’Ensam auprès de lycéens des filières scientifiques et technologiques a montré un regain de confiance de nos jeunes dans l’avenir de l’industrie en France (+ 27 points depuis le lancement du baromètre en 2013, lire aussi p. 21). La conférence coorganisée avec la Fabrique de l’industrie et le magazine «l’Étudiant» dans le grand amphithéâtre du campus de Paris a présenté les métiers de l’industrie de demain. Louis Gallois en a assuré l’ouverture. Deux messages prévalaient pendant tous ces événements : pas de grande nation sans industrie puissante ; et pas d’industrie puissante sans ingénieurs bien formés aux technologies, agiles et évolutifs.

La numérisation est omniprésente. Des gains de productivité considérables s’effectuent sur l’anticipation et l’assistance numérique (maintenance prédictive et vision assistée, par exemple). Ces changements interviennent, si j’ose dire, à la vitesse de la lumière.

Nos formations initiales sont reconnues pour leur qualité, que ce soit la filière historique de l’ingénieur généraliste ou celles, plus récentes, de l’ingénieur spécialisé formé par alternance ou des bachelors. Sans parler de nos doctorats, qui enrichissent les laboratoires de recherche des Arts et Métiers, et de nos masters spécialisés qui complètent l’offre de notre école pour en faire l’établissement supérieur de référence dans la technologie.

Encore du travail

Nous avons aujourd’hui un double défi devant nous :

promouvoir notre image en France et à l’international : le travail effectué par les élèves et l’école, avec le soutien de la Soce, sur la complémentarité entre la formation et la vie scolaire, posera les fondations sur lesquelles une communauté réunie pourra exercer une force d’attraction renouvelée sur son environnement ;

interagir plus étroitement avec nos diplômés pour les aider à aller au plus haut dans leurs carrières professionnelles : le gadzarts doit se valoriser en tirant parti plus rapidement que tout autre des évolutions technologiques — dont la rapidité ne cessera de croître — et des retours d’expérience de ses pairs.

Nous sommes reconnus pour nos compétences sur les technologies de production. Devenir une référence de l’industrie du futur, voilà notre ambition pour les gadzarts. Retourner à l’école ne se fera plus seulement pour les occasions festives, mais également régulièrement, pour consolider et accélérer son parcours professionnel.

Notre prochaine étape est à Hanovre, pour la Hannover Messe, où nous serons présents grâce aux équipes d’AM Multimédia. Nous y observerons les mutations en cours en Allemagne, grand voisin dont nous devons être proches pour que l’Europe occupe une place de choix dans la mondialisation industrielle.

Comme vous le voyez, nous avons beaucoup de travail devant nous. Mais le travail ne nous fait pas peur : n’est-il pas une de nos dix valeurs fondatrices ?

Nous sommes fiers d’être gadzarts !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.