Filières industrielles

Comment accélérer la croissance des jeunes pousses ?

Savoir couver ses start-up et faire émerger des activités innovantes en lien avec la nouvelle économie est une chose. Leur garantir une place de choix dans la compétition mondiale est une autre histoire. L’argent est le nerf de cette guerre économique internationale. Attirer des capitaux privés vers le financement des jeunes pousses est l’un des objectifs du réseau French Tech et des accélérateurs.

A&M Acceleration dans les starting-blocks

Mettre 34 000 gadzarts au service des entrepreneurs, dans la continuité de plus de deux siècles d’innovation industrielle, tel est le leitmotiv d’Arts & Métiers Acceleration (Ama). L’accélérateur de start-up d’Arts & Métiers Alumni, dont la vocation est d’accompagner les projets de jeunes pousses, essentiellement dans le domaine du «hardware» industriel, sera bientôt hébergé à Station F, dans le 13e arrondissement de Paris.

“Le financement de l’innovation est malade”, José Massol

José Massol (Ai. 66), cofondateur d’Arts et Métiers Business Angels et de Data ScienceTech Institute, livre un avis sans concession sur les mécanismes du financement de l’innovation en France. Selon lui, il faut plus de capitaux privés et de fluidité pour relayer les initiatives engagées depuis dix ans et visant à rendre l’innovation et la création plus attrayantes.

Des Français à Hongkong

Les premiers réveils connectés imaginés par la start-up française Kello sortent d’une usine à Shenzhen. Grégoire Markarian (Cl. 208), cofondateur, travaille à Hongkong et y apprécie le rôle de la French Tech.

La French Tech s’internationalise

Lancée il y a deux ans par le ministère de l’Économie, la French Tech fédère les énergies en faveur des start-up. Elle étend aujourd’hui son influence dans le monde, notamment pour aider les étrangers à créer des entreprises en France.

L’amorçage et après

Actionnaire minoritaire, subventions, «business angels», financement participatif, etc. : quatre jeunes pousses racontent les voies qu’elles ont empruntées pour s’enraciner.

S’unir pour innover

Opter pour une R&D collaborative, financée par des fonds européens, rend accessible l’innovation de rupture aux TPE et PME. C’est le pari de quatre Franc-Comtoises, spécialisées dans le décolletage et le micro-usinage, qui se sont associées à un laboratoire de pointe en micromécanique.

“Notre labcom est opérationnel”, Olivier Lapierre, gérant de Symétrie

Le prix Innovation & International, gagné haut la main au salon Midinnov, a braqué les projecteurs sur la société Symétrie. La PMI nîmoise spécialisée dans la conception et la fabrication d’hexapodes est engagée dans la recherche partenariale via un «labcom». Éclairage sur un dispositif taillé pour les petites entreprises innovantes.

L’industrie dit oui à la réalité virtuelle

On en parlait comme d’une promesse. Les réalités virtuelle et augmentée sont à présent opérationnelles au cœur des processus industriels, de la conception à la maintenance, en passant par l’exploitation. La France s’engouffre dans le sillage de sociétés dynamiques, telles Diota ou Image & Process, ou dans celui d’une manifestation mondiale comme le Laval Virtual. Et les formations d’ingénieurs, dont celles d’Arts & Métiers, accentuent le mouvement.

Le Laval Virtual 2017 crève l’écran

Le salon Laval Virtual, événement mondial le plus important du secteur, se tiendra dans la capitale mayennaise du 22 au 26 mars. Son directeur général nous en dévoile les temps forts et les nouveautés.