Industrie 4.0

global-industrie-lyon

Les régions, moteurs de l’industrie française

À chaque édition de Global Industrie, les régions françaises font salon. Pour les collectivités territoriales, c’est en effet un moyen à la fois de charmer les investisseurs extérieurs et de mettre en avant les savoir-faire de ses acteurs industriels.

Global Industrie fête les Gadzarts à Lyon

Pour la 4e édition du Club des 100, Arts&Métiers Mag dédie son numéro spécial à de jeunes décideurs ingénieurs Arts et Métiers, piliers de l’industrie française. L’éclairage jeté sur eux révèle des femmes et des hommes discrets, travailleurs et engagés. Cette année menée à Lyon, l’opération s’accompagne d’une forte représentation de la marque Arts & Métiers. Détail par le menu.
Agnès-Pannier-Runacher-ministre

“Une grande économie a besoin d’une grande industrie”, Agnès Pannier-Runacher

La secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances a pris ses fonctions en octobre. Agnès Pannier-Runacher porte la politique industrielle française, qui consiste aujourd’hui à optimiser les conditions d’exercice du secteur à travers divers dispositifs.
banc-essai-multiaxial

Un banc d’essai pour grandes pièces

À Angers, un banc d’essai multiaxial permet de tester la durabilité des pièces et des ensembles métalliques et composites de grande longueur et qualifie leur procédé de fabrication. Un équipement unique au coeur des problématiques de recherche collaborative.
lunettes-connectees

Le dépannage a sa monture

Bergerat-Monnoyeur, concessionnaire exclusif — notamment en France — des machines Caterpillar, s’appuie sur les technologies du futur pour réinventer les processus opératoires de ses techniciens de terrain. Depuis novembre, l’entreprise teste des lunettes connectées, permettant à ses dépanneurs de communiquer avec un expert distant qui les aide en cas de besoin à établir un diagnostic et réparer l’engin défaillant. Explications.
lilla-merabet-salon-be-4.0

«Nous sommes l’une des régions qui investissent le plus dans l’industrie du futur», Lilla...

À l’heure où le gouvernement identifie 124 territoires à vocation industrielle, les régions gagnent en autonomie pour définir leur stratégie de soutien au secteur secondaire. Stratégie qui, selon sa vice-présidente, réussit plutôt bien à la région Grand-Est, issue de la fusion des régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne.

Ménager la santé de l’ouvrier 4.0

La santé et la sécurité des salariés d’usine sont mieux prises en compte aujourd’hui. Mais les gestes, les postures et l’organisation du travail demeurent sources de troubles musculo-squelettiques et de maladies professionnelles. Les technologies innovantes de l’industrie 4.0 apportent de nouvelles solutions de prévention. Mais aussi de nouvelles contraintes.
numii

Quand le numérique s’attaque à la pénibilité

Numii est une plateforme d’intelligence distribuée qui analyse les efforts et les mouvements des salariés pour déceler les mauvais gestes et contribuer à la recherche médicale. Elle replace l’être humain au centre de l’industrie du futur.
jpb-systeme

La ligne robotisée de JPB Système

JPB Système est la preuve que l’industrie du futur n’est pas l’apanage des seuls grands groupes industriels. Cette PME de 70 salariés s’est dotée d’une unité de production robotisée des plus évoluées pour faire face au succès croissant de ses composants mécaniques «autoverrouillants» pour moteurs d’avion.

Quand l’État se penche sur les territoires industriels

Renforcer la dimension territoriale de la politique industrielle française, tel est l’objectif du gouvernement qui vient d’annoncer que l’État va consacrer plus de 1,3 milliard d’euros au soutien de 124 zones identifiées comme des «territoires d’industrie», en métropole et outre-mer. Ces terres, qui représentent 30 % de la superficie du pays, concentrent la moitié de l’emploi industriel français, soit environ 1,5 million de personnes.