Global Industrie fête les Gadzarts à Lyon

Pour la 4e édition du Club des 100, Arts&Métiers Mag dédie son numéro spécial à de jeunes décideurs ingénieurs Arts et Métiers, piliers de l’industrie française. L’éclairage jeté sur eux révèle des femmes et des hommes discrets, travailleurs et engagés. Cette année menée à Lyon, l’opération s’accompagne d’une forte représentation de la marque Arts & Métiers. Détail par le menu.

Plusieurs dizaines de gadzarts seront présentes à Lyon à l’occasion de la journée spéciale qui leur sera réservée le mardi 5 mars au salon Global Industrie. Réunis au sein du Club des 100, ils participeront aux conférences, découvriront les villages thématiques et visiteront les stands selon leurs centres d’intérêt. Jean-Marie Vigroux (Bo. 74), président d’Arts & Métiers Alumni, les accueillera au côté du directeur du salon, Sébastien Gillet, lors d’un cocktail déjeunatoire. Les dirigeants d’une quarantaine d’entreprises exposantes les rejoindront afin d’échanger avec les gadzarts de manière informelle. Enfin, le soir venu, ils partageront un repas de gala dans une atmosphère particulièrement détendue.

Les deux démonstrateurs de l’Ensam Lille

Avant les festivités, il a fallu au comité de sélection choisir les heureux élus parmi des centaines de gadzarts tout aussi méritants… Une véritable tragédie cornélienne ! Cependant, au-delà des personnes, le symbole importe tout autant : «On fête les Arts et Métiers, explique Jean-Marie Vigroux, et les valeurs que les gadzarts véhiculent, dont l’engagement, l’éthique et la solidarité.» Cette année, la marque sera renforcée grâce à la présence du pôle Carrières, du Clenam, d’AMBA, d’AMA, mais aussi de l’Ensam et d’AM Valor. Sur le stand de presque 65 m² d’Arts et Métiers Alumni, seront présentés des démonstrateurs provenant du LMC (Laboratoire des matériaux composites) de l’Ensam de Lille. Dirigé par le Pr Marc Legrand, le LMC propose une technologie de rupture développée maintenant depuis près de dix ans, grâce à laquelle les moules classiques, chers à l’achat, gourmands en énergie et non compatibles avec des cadences élevées du fait de leur inertie thermique, sont remplacés par des outillages en matériaux composites ou en silicone chauffés par un dispositif de cordons résistifs internes.

Les jeunes pousses mises à l’honneur

Le LMC a déjà de nombreuses applications industrielles à son actif, notamment dans l’aéronautique et le spatial (Stelia Aerospace, Thales, Cnes), mais aussi dans les domaines de l’automobile (outillages de thermoformage sur presse), du ferroviaire, de la robotique, des réservoirs sous pression, de l’éolien. Une caméra infrarouge viendra compléter le dispositif et devrait surprendre les curieux en recherche d’innovation. Et un deuxième démonstrateur devrait aussi étonner… Les visiteurs pourront découvrir un petit moule montrant un outillage plus petit, mais encore «plus abouti d’un point de vue industriel», assure le Pr Legrand. Sur ce même stand, les visiteurs pourront discuter avec les membres du Clenam et les «business angels» d’AMBA. Quant à Arts et Métiers Acceleration (AMA), il sera, lui, implanté sur le village des start-up. Cette année encore, il innove avec une animation originale. Joël Saingré, directeur d’AMA, et Gaël Buvat (Bo. 212), «program manager» (gestionnaire du programme), organisent un «startup tour» du Global Industrie Lyon 2019. «Nous avons une cinquantaine de start-up dans le village pour lesquelles nous organisons des rendez-vous business avec une centaine de PDG, directeurs et directeurs innovation d’entreprises de toutes tailles. Plus de 30 demandes de rendez-vous sont déjà enregistrées», confient de concert les chevilles ouvrières d’AMA.

Arts & Métiers Alumni attentif à l’emploi

Parmi les multiples manifestations proposées aux visiteurs, Arts & Métiers Alumni apporte son concours, sans réserve, à la «job area» du Global Industrie. Cette zone comprend, entre autres, une plateforme de recrutement mise à la disposition de tous les exposants et visiteurs du salon pour qu’ils puissent y déposer offres d’emploi, de stage, d’alternance ou CV, mais aussi des séances de coaching. Cet atelier est animé par Joëlle Planche-Ryan, responsable du développement du pôle Carrières de la Soce, et Frédéric Beck, coach de ce même service. Les visiteurs intéressés pourront prendre un rendez-vous en ligne, de 30 minutes, sur le site du salon et choisir parmi l’une des trois thématiques proposées : «êtes-vous fait pour être entrepreneur ?» ; «gardez le “lead” et mieux conduire sa carrière» ; «identifiez vos clés en période de changement». Le premier thème, assuré par un membre du Clenam, traite des qualités que doit avoir un entrepreneur, le deuxième des actions à mener pour maîtriser une carrière et son évolution, et le troisième des ressources et réflexes à identifier en période de changement, le sien ou celui de son entreprise. «L’important pour le coaché, selon Joëlle Planche-Ryan, c’est de sortir de l’entretien avec une clé capable de l’aider à faire des choix professionnels pertinents.»

L’ENSAM à la rencontre des entreprises

«Nous allons mettre en avant quatre nouvelles prestations destinées aux industriels», explique Mickaël Rivette, directeur des relations avec les entreprises de l’Ensam, «déclinées autour de la formation, du recrutement et de l’accompagnement pour le développement technologique. Par sa diversité, ce panel montre le rôle d’acteur socioéconomique des Arts et Métiers.» Les chaires de formation seront mises en avant — les entreprises pourront s’y positionner vis-à-vis des étudiants comme une référence dans leur secteur d’activité (management de l’usine du futur, systèmes d’information, BTP, etc.) en finançant une expertise de 3e année. Ce financement s’effectuera via un partenariat ou un contrat de mécénat. En matière de formation toujours, l’établissement présentera aux industriels son programme de formation continue, Factory Lab. L’objectif est de leur fournir les clés pour décider comment et quand intégrer les technologies 4.0 dans leur entreprise.

Lancez votre carrière

Sur le volet recrutement, Arts & Métiers valorisera deux nouvelles prestations. «Tout d’abord, reprend Mickaël Rivette, le dispositif “Boot your career” [“lancez votre carrière”, NDLR], que nous sommes le seul établissement d’enseignement supérieur à proposer.» Ce dispositif prévoit que des étudiants en fin de 1re année effectuent l’ensemble de leurs stages et projets au sein d’une entreprise qui corresponde à leur projet professionnel. Pour les industriels, en proie à des difficultés de recrutement, c’est l’occasion d’identifier leurs futurs collaborateurs et d’entamer avec eux une relation pérenne. Deuxième prestation, sur le plan de l’accompagnement technologique cette fois, Global Industrie sera aussi l’occasion pour Arts & Métiers de lancer «Tech to PME», dispositif permettant à une entreprise de confier un projet technologique à un étudiant encadré par un chercheur. Enfin, AM Valor, promoteur des activités de recherche partenariale et de valorisation des savoir-faire des Arts & Métiers, présentera son réseau de compétences multidisciplinaires et sur mesure au service des ambitions technologiques des industriels. AM Valor favorise les relations entre les 14 laboratoires de recherche d’Arts & Métiers et les entreprises en quête de solutions innovantes, de compétences en recherche et en ingénierie du transfert industriel. «Les responsables des relations entreprises, précise Mickaël Rivette, les chargés d’affaires AM Valor et les chargés de communication des campus iront, durant ces quatre jours, à la rencontre des industriels et des visiteurs, pour répondre à leurs questions.»

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.