Hommage

Malgré ce mois de rentrée, votre édito ne traitera pas des traditionnels problèmes industriels ou macro-économiques du moment. Non, l’équipe d’«Arts & Métiers Mag» accompagnée des fidèles rédacteurs bénévoles, tous ceux qui font votre revue tout au long de l’année, rendent hommage à Jean Dupart (Ch. 49).
Il s’en est allé, dans la pesante chaleur d’un mois d’août parisien. Talentueux chroniqueur musical, spécialiste érudit de Haydn et de Mozart, reconnu bien au-delà de la Communauté, Jean restera une «grande figure», une sommité de cette revue. Il a, en effet, signé sa première critique musicale dans le magazine en mai 1969. Soit, jusqu’au printemps de cette année, plus de 400 chroniques… sans jamais aucun retard de livraison. Une leçon pour n’importe quel journaliste !
Dans le portrait qui lui était consacré dans nos colonnes en octobre 2016, page 64, Valérie Vincienne, notre journaliste secrétaire générale de rédaction, écrivait : «Avec Jean, tout est réglé comme du papier à musique. À l’heure de la messagerie électronique […], Jean aime prendre son temps et travaille à l’ancienne. De sa belle écriture régulière, il rédige à la main le texte sur des feuilles à petits carreaux, en envoie par courrier postal une copie à sa fille Élisabeth, qui réside à Orléans […] Celle-ci tape sur son PC, en renvoie une copie par courrier à son père, qui lui donne ses dernières corrections au téléphone, puis son feu vert.» Au-delà de cette organisation toute gadzarique du travail, il y avait l’homme. Discret, l’œil rieur, il avait l’élégance rare des gens humbles.

Jean Dupart (Ch. 49) nous a quittés le 17 août dernier entouré des siens. Notre ami a signé pour «Arts et Métiers Mag» plus de 400 chroniques depuis la toute première parue dans notre revue en mai 1969 (ci-dessous).

«Gadzarts littéraire», comme il aimait à se définir, durant son existence, Jean aura été partagé entre sa carrière d’ingénieur technico-commercial et son amour de la musique, qui a été le fil de sa vie.
Adieu, l’ami.
Nos pensées vont à ses trois filles, ses huit petits-enfants et à ses proches.

La rédaction.

Laisser un commentaire