La fraternité n’est pas morte

edito-403-arts-et-metiers-magazine

La crise de la représentation et le délitement des liens sociaux sont-ils en train de tuer le concept de citoyenneté ? Telle est la question à laquelle la section du rapport et des études du Conseil d’État s’est attaquée dans son étude annuelle 2018. Au terme d’une analyse qui tend à relativiser certains constats défaitistes et met l’accent sur un foisonnement citoyen dont elle s’attache à dessiner les lignes de force, l’étude du Conseil d’État formule une vingtaine de préconisations, toutes axées sur la nécessité de développer une philosophie de l’engagement au service des autres et faisant la part belle à la concrétisation du principe de fraternité.

Sur ce sujet, il semblerait que la Communauté Arts et Métiers ait quelques longueurs d’avance en matière d’engagement citoyen. Partout en France, la presse régionale, véritable historienne du temps présent, couvre les événements d’actions solidaires des élèves ingénieurs sur l’ensemble du territoire. De la restauration de monuments aux routes, en passant par le soutien aux personnes défavorisées, les gadzarts sont à l’œuvre.

Dès les premiers mois sur le campus, les élèves de première année débutent cette expérience en travaillant à la construction d’une promotion fraternelle, l’occasion pour eux de découvrir l’histoire bicentenaire de la culture et du patrimoine gadzarts, intimement liée aux valeurs d’engagement, de solidarité et de fraternité. Cette formation permet aussi aux élèves de deuxième et troisième année de mettre en œuvre des pratiques managériales immédiatement applicables en entreprise, en étant en charge de l’ensemble des activités proposées. Bref, des valeurs positives et pleines d’espoir qui consolident les fondements de notre société.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.