La jeunesse aux commandes

Fabien Riboud (Ai. 207) s’est préparé à reprendre la société fondée par son père, tout en se ménageant une porte de sortie qui l’a conduit aux Arts et à l’IAE d’Aix-en-Provence. À la barre de Constructions Modulaires Services (CMS), il met en pratique sa vision du management et du processus de conception de produits sur mesure.

Fabien Riboud se voyait bien reprendre l’affaire familiale créée par son père, une société de vente et de location de bungalows et de constructions modulaires implantée dans le Sud-Est, près d’Avignon. Mais pas question de prendre de risque avec son avenir : «Je voulais un parachute car je n’étais pas sûr à 100 % que ça fonctionnerait comme je l’imaginais ou que l’activité me plairait», se souvient le jeune PDG, qui fête ses 30 ans cette année. Il opte pour un cursus d’ingénieur, celui d’Arts et Métiers dont il apprécie l’esprit de fraternité et les activités extrascolaires, et entre à Aix en 2007. Gardant en tête son projet de reprise, il valide un master 2 à l’IAE d’Aix, en anglais, avec une troisième année en alternance comme chef de projet chez Aqualux, société spécialisée dans le secteur des piscines, où il est chargé du développement d’une nouvelle gamme. Dès sa sortie de l’École, en 2011, il se retrouve à la tête de l’entreprise familiale. «J’y travaillais tous les étés depuis mes 14 ans, donc je n’allais pas dans l’inconnu, je connaissais le personnel et le travail de terrain, mais je me suis quand même retrouvé très vite dans le grand bain», se souvient Fabien Riboud.

Une vision macro des produits

Ses clients sont surtout issus du bâtiment, de l’industrie et de l’événementiel, mais il répond aussi à des besoins temporaires de secteurs aussi divers que l’agriculture, des garages automobiles ou des activités de service. La location de bungalows, de conteneurs et de constructions modulaires représente 60 % du chiffre d’affaires de CMS, contre 40 % pour la vente, dont la part tend à diminuer ces dernières années au profit de la location. Le jeune patron a aujourd’hui pris ses marques : «La formation d’ingénieur offre une vision macroscopique des produits et des systèmes, de la conception à la fabrication et jusqu’au démantèlement en passant par la réparation, ce qui me permet de réfléchir différemment lors de la conception d’un nouveau produit pour déceler les contraintes qui seront engagées par tel ou tel choix lors de la fabrication.» Un point important quand on travaille dans le sur-mesure. Car si les clients ont une idée précise sur l’usage qu’ils vont avoir du produit, «c’est à nous de leur proposer les solutions d’aménagement adéquates, la position des menuiseries, des branchements électriques et informatiques, etc.»
Son passage aux Arts lui a aussi enseigné une certaine façon d’envisager l’entreprise, de la considérer dans son ensemble sans négliger toutes ses composantes. «Quand on a fait une école d’ingénieur, gérer des chiffres, ce n’est pas ce qu’il y a de plus compliqué ; les aspects humains sont bien plus importants, il faut être attentif aux autres et toujours tenter de s’améliorer», analyse-t-il. Et Fabien -Riboud n’a pas perdu de vue les activités de la communauté Arts et Métiers. En charge de la communication du gala lorsqu’il était à l’École, il est aujourd’hui membre du groupe régional et essaie d’assister chaque année à la réception des conscrits à Aix.

Laisser un commentaire