La liberté pour moteur

Du haut de ses 35 ans, Pierre Bussy (Cl. 204) est déjà le patron de la société de conseil en ingénierie Easy Skill, qu’il a cofondée avec son camarade de promo, Christopher Lorho. Une belle ascension qui ne doit rien au hasard.

«Quand je serai grand, je serai entrepreneur !» a dit un jour le jeune Pierre Bussy à ses parents un peu décontenancés. Et voilà son objectif atteint. Quelques années seulement après ses études aux Arts, il dirige sa propre entreprise — d’envergure internationale, excusez du peu — et mène la vie dont il a toujours rêvé. Mais ne vous y trompez pas : derrière cette apparente facilité, il n’y a ni piston ni modèle familial. «Je suis le premier entrepreneur de la famille», avoue-t-il. Juste une détermination sans faille. Il faut dire qu’enfant, Pierre Bussy avait déjà l’âme d’un leader. Capitaine de l’équipe de foot, délégué de classe à l’école, il est aussi passionné par les voitures. Alors quand vient la question de son orientation après le bac, il choisit logiquement de faire un BTS moteurs à combustion interne à Saumur (Maine-et-Loire). Là-bas, l’un de ses professeurs lui conseille — ou, plutôt, lui ordonne — de poursuivre par une prépa en vue d’intégrer une grande école. Ce qu’il fait, avec toujours en tête l’idée de créer un jour sa propre activité. En 2004, Pierre entre à l’Ensam où il suit, en troisième année, la formation Creda sur la création d’entreprise. Mais il reste sur sa faim : «J’avais une super formation de motoriste et d’ingénieur, mais encore besoin d’apprendre davantage, notamment sur la finance.» Il postule donc chez PricewaterhouseCoopers et se retrouve chargé de développer le pôle d’expertise automobile en France. «Cela me permettait d’allier la création d’activité à ma passion, résume-t-il. Mais la fibre commerciale me faisait encore défaut pour me lancer à mon compte.» Pour apprendre à «vendre de la technique», il devient donc technico-commercial chez MCA Ingénierie. Le rythme est intense mais qu’importe, il est surmotivé.

Sa chance trouvée en Asie-Pacifique

Au bout de deux ans, Pierre Bussy se sent prêt à prendre son envol et fonde la société de conseil Omerys, spécialisée notamment dans l’automobile. Le moment n’est pas idéal, car le secteur connaît un net recul et la solitude lui pèse. Il décide alors de s’accorder des vacances en Australie pour rejoindre son copain de promo, Christopher Lorho (Cl. 204), installé là-bas. Sur place, au fil de discussions, ils décident de créer une entreprise ensemble. «Après avoir réfléchi à différents concepts, nous nous sommes arrêtés sur l’idée de faire de l’assistance technique à l’international», raconte Pierre. Pendant un an, ils mûrissent leur projet avec l’aide du réseau des Arts et Métiers. «Les conseils des gadzarts ont été fondamentaux, on les remercie encore !» Finalement, leur société, Easy Skill, spécialisée dans le secteur des énergies (renouvelables, pétrole et gaz, infrastructures…), est née en mars 2014. Parmi leurs clients, beaucoup d’entreprises françaises et anglo-saxonnes qui développent des projets dans la zone Asie-Pacifique. C’est pourquoi ils possèdent des bureaux à Lyon, mais également en Australie, Papouasie Nouvelle-Guinée et Nouvelle-Calédonie. Directeur de la région Europe-Afrique-Moyen-Orient, Pierre aime se définir comme un «facilitateur» plutôt qu’un manageur classique. «Nous voulons que notre entreprise soit libératrice, explique-t-il. C’est pourquoi nous mettons nos 85 collaborateurs dans une situation d’intrapreneurs.» Cette liberté, qu’il souhaite pour lui et ses équipes, il ne la quitterait pour rien au monde. «J’ai l’impression d’être à ma place», conclut-il avec le sourire, lui qui s’apprête désormais à partir vivre quelques années en Australie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.