Le coq sera bleu…

C’est parti depuis début octobre ! Après la French Tech, voici la French Fab ! Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, vient de donner un coup d’accélérateur au label symbolisé par un petit coq bleu. L’objectif de la French Fab : devenir l’étendard qui confortera l’image de l’industrie française en faisant la promotion de ses vitrines technologiques à l’international. L’idée est bel et bien d’amener le pays à se doter d’un projet politique susceptible de faire le poids face au couple formé par le Mittelstand et l’industrie 4.0 en Allemagne.

L’antienne de la «chasse en meute» prônée par le Medef pour conquérir les marchés étrangers cherche donc toujours à s’imposer au pays des villages gaulois. L’histoire se tricote autour des grandes entreprises et des start-up, que l’on incite à jouer collectif, et des savoir-faire hexagonaux que l’on met en avant. En poussant cette fois la French Fab, le gouvernement espère rééditer le succès de la French Tech en fédérant tous les acteurs.

«Sortons du bavardage sur l’industrie et prenons des décisions», a expliqué Bruno Le Maire à l’occasion de sa conférence de presse(1). Et d’ajouter : «Au cours des cinq dernières années, j’ai effectué 537 déplacements en France. J’ai visité des dizaines de PME, de grandes entreprises industrielles, de sites industriels. À chaque fois, je me souviens du visage du chef d’entreprise, me disant : “Vous savez, mon premier problème, ce ne sont même pas les coûts, ce ne sont même pas les charges, ce ne sont même pas les normes : mon premier problème, c’est que je veux recruter, et que je ne trouve personne. Mon premier problème, c’est que j’ai besoin d’un ingénieur […], c’est que j’ai besoin d’un chaudronnier, d’un soudeur, d’un technicien de maintenance, et que ça fait des semaines que j’en cherche et que je n’en trouve pas”.» Faut-il en accumuler – et par centaines – des messages de ce type pour que nos hommes politiques réagissent ? Il n’y a pas à dire, ces derniers sont des «visionnaires» en matière de promotion de notre industrie…

(1) Conférence de presse tenue au ministère des Finances et de l’Industrie le 2 octobre 2017.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.