L’empereur de l’extrusion continue

Sélectionné par le gouvernement chinois, Song Baoyun arrive à l’Ensam en 1983 pour y passer son doctorat. Ce titre a non seulement aidé sa carrière d’universitaire en Chine, mais est à l’origine d’un véritable succès industriel.

Au début des années 80, Song Baoyun (écrit à la chinoise, avec le nom précédant le prénom) est maître de conférences à l’Institut des chemins de fer de Dalian, en Chine, une ville portuaire sur le golfe de Corée. Il est loin de se douter du futur tournant de sa carrière. «À l’époque, le gouvernement chinois commençait tout juste à envoyer des universitaires à l’étranger afin qu’ils y perfectionnent leurs connaissances ; c’est ainsi que j’ai été amené à préparer un doctorat en génie mécanique aux Arts et Métiers», raconte ce professeur, aujourd’hui président de Dalian Konform Technical Co., leader mondial des machines d’extrusion continue des métaux non ferreux.

Song Baoyun arrive à Paris en 1983 après avoir consacré une année entière à l’apprentissage du français : «Ce fut le plus difficile. Réussir cet examen de langue était impératif pour partir, or, j’avais déjà la quarantaine !» Doctorant à l’Ensam, il s’attelle pendant deux ans à une thèse consacrée au filage continu des granules d’alliage d’aluminium : l’occasion de réaliser un premier prototype de machine inspiré du procédé Conform, mis au point en 1971 par l’autorité nucléaire britannique, l’UKAEA.

Industrialisé au départ par la société Babcock Wire Equipment, ce procédé consiste à échauffer et extruder le métal introduit entre une roue à gorge en rotation et un patin serré fortement. Une technique que Song Baoyun ne cessera plus d’optimiser à partir de 1985, une fois son titre de docteur en poche. «Un groupe de recherche sur le filage continu a été créé dès mon retour à l’Institut des chemins de fer, et nous avons présenté une première ligne d’extrusion de l’aluminium de niveau industriel en 1989.»

Vers la commercialisation

Désireux de témoigner sa reconnaissance à l’Ensam, le docteur Song reçoit un certain nombre de gadzarts envoyés à Dalian dans le cadre de leur projet de fin d’études. Parmi eux, Ho-il Bae (Ai. 86), aujourd’hui directeur performance de Veolia Environnement pour l’activité eau industrielle : «À Dalian, j’ai tissé des liens d’amitié forts avec les enseignants de l’Institut. Et, quand je compare le petit atelier d’extrusion que j’ai connu avec l’usine actuelle, il y a de quoi être admiratif !»
L’aventure industrielle s’est déroulée en deux temps. En 1993, le docteur Song a été autorisé à créer une société commerciale placée sous le contrôle de l’administration. Et c’est en 2004 que les choses s’accélèrent avec la fondation de Dalian Konform Technical Co. par l’enseignant-entrepreneur et un groupe d’universitaires de l’Institut (rebaptisé université de Dalian Jiaotong la même année). Cette entreprise emploie actuellement 180 personnes et exporte ses machines d’extrusion dans une cinquantaine de pays. «Nos recherches sur le procédé Conform ont amélioré son rendement énergétique et la qualité des produits finis, résume Song Baoyun. Elles l’ont aussi rendu compatible avec le magnésium, et plus seulement avec l’aluminium ou le cuivre. Surtout, nous avons fortement réduit le prix des équipements par rapport à ceux des années 80, ce qui nous a permis d’en vendre plus de 1 300 à ce jour.

Laisser un commentaire