«Les labos Carnot ARTS chassent en meute»

Philippe Véron, professeur des universités au campus Arts et Métiers d’Aix-en-Provence, directeur de l’institut Carnot ARTS et président des instituts Carnot (1), un réseau de laboratoires centré sur la recherche partenariale, occupe une place de vigie idéale en matière de recherche. Il nous dit les relations que tissent entre eux les laboratoires de l’Ensam.

Philippe Véron, directeur de l’iCarnot ARTS et président des instituts Carnot : «Les laboratoires Carnot ARTs forment un réseau qui exploite au maximum la puissance collective.» Photo : DR

AMMag – Quels sont les principaux axes de recherche du Lispen (2), le laboratoire auquel vous êtes rattaché ?
Philippe Véron – Au Lispen, nous menons des travaux multisectoriels qui intéressent, entre autres, les acteurs de l’industrie aéronautique et spatiale : les produits et machines intelligentes ainsi que les systèmes numériques et collaboratifs. Airbus Helicopters, dont le site d’assemblage est à Marignane, à moins de 30 km de route du campus d’Aix, est naturellement notre plus grand partenaire. Cependant, nous menons aussi des travaux de recherche avec d’autres groupes œuvrant dans l’aérospatial, tels Dassault Aviation, qui a sa base d’essais à Istres, ou Thales Alenia Space qui exploite une usine d’assemblage de satellites à Cannes. Avec Airbus Helicopters, nous partageons des recherches sur la continuité numérique, la gestion du cycle de vie des produits. Il y a peu, nous avons clôturé une recherche sur la maîtrise du comportement dynamique des hélicoptères dans le cadre de la chaire systèmes dynamiques.

AMMag – Comment s’articulent les relations entre les différents laboratoires des campus au sein de l’institut Carnot ARTS ?
P. V. – Le Carnot ARTS regroupe 19 laboratoires de recherche, dont 14 issus des campus Arts et Métiers. Les 5 autres laboratoires avec lesquels l’École est associée partagent les mêmes centres d’intérêt, sur l’industrie du futur en particulier. Les laboratoires Carnot ARTS forment donc un réseau. En cas d’appel d’offres lancé par une entreprise qui bute sur un problème scientifique ou technique, les laboratoires capables de le résoudre apportent une réponse collective après avoir tiré le meilleur de chacun. Nous exploitons ainsi au maximum la puissance collective. Si je dois paraphraser une formule souvent répétée par Bruno Le Maire, je dirais que les Arts et Métiers chassent en meute. L’intérêt pour les entreprises : échanger avec un interlocuteur unique.

La nature des accords avec les entreprises porte principalement sur des contrats de recherche direct. L’institut Carnot ARTS répond également à certains appels d’offres de l’Agence nationale de la recherche ou de l’Europe, qui donne accès à des financements publics-privés.

AMMag – Quelle est la particularité de l’institut Carnot ARTS ?
P. V. – Sa présence dans neuf régions françaises, à travers les campus et les instituts, lui donne l’avantage de la proximité avec les acteurs industriels et lui permet d’être proche du tissu des TPE-PME et ETI.

(1) Lire son portrait dans AMMag de mars 2018, p. 105.

(2) Laboratoire d’ingénierie des systèmes physiques et numériques.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.