Parcours

Des idées à construire

Directeur général du groupe Nuvia et, depuis peu, du groupe Sixense, Bruno Lancia (Ai. 87), 49 ans, est un constructeur passionné. Il raconte ses fiertés et ses envies de gadzarts.

Jeune patron plein d’ambition

À tout juste 37 ans et après des expériences plus ou moins heureuses — mais formatrices —, Maxime Le Menestrel (Ai. 98) a atteint son but : être entrepreneur dans l’industrie. Une ambition qu’il met désormais au service de sa propre entreprise.

Limier au service de la maintenance

En trente ans de carrière dans de grands groupes puis chez un éditeur de logiciels, Philippe Hinfray (Li. 78), 59 ans, est devenu un spécialiste de la maintenance industrielle. Une expérience qu’il met aujourd’hui à profit en tant que consultant dans la société qu’il a créée.

Le senseï du siège

Très marqué par le Japon, Bertrand Guimard (Bo. 77) administre le centre de recherche de Faurecia sur le siège automobile. Parcours d’un homme bouillonnant.

Itinéraire d’un repreneur

Rien au départ ne prédestinait Alain Guibert (An. 82) à devenir ingénieur et encore moins entrepreneur. Pourtant, après plus de vingt années de carrière chez EDF-GDF Services, il a tout quitté pour reprendre l’entreprise en génie climatique Busseuil qu’il a sauvée des difficultés.

Toujours battant

Fils d’ouvrier, Christian Gehin (Cl. 83), 53 ans, est aujourd’hui à la tête d’une belle PME du Doubs. Pourtant, son parcours vers l’entreprenariat n’a pas été un long fleuve tranquille.

Un industriel aux manettes

Depuis son passage à Cluny, Pierre Bollard (Cl. 84) s’est construit un parcours en lien avec ses objectifs. Il transmet aujourd’hui ses recettes aux jeunes ingénieurs : la nécessité de bien s’entourer, apprendre des autres, penser au coup d’après et, surtout, croire en l’industrie.

Un patron bien équilibré

Patron de SAI Acoustique industrielle depuis 2000, Jean-Luc Alison (Cl. 81), 55 ans, a d’abord travaillé plusieurs années dans l’univers des turbines à gaz avant de franchir le pas pour diriger sa propre entreprise. Un rôle qui lui réussit plutôt bien.

Le journal de Basma

Basma Aiouche (Cl. 214), en 3e année au MIT, nous livre régulièrement ses impressions depuis Boston.

Ingénieur saltimbanque

Gadzarts pas comme les autres, Pierre-Louis Garnon (Me. 202) a fondé sa société de production cinématographique, Baxter Films. Son premier long-métrage, racontant le parcours initiatique de «Willy 1er», est en salles depuis un mois.