Négociatrice hors pair

Challenges, management et performances jalonnent le parcours de Stéphanie Schneider (Me. 98) dans le secteur de l’énergie.

Stéphanie Schneider (Me. 98)

En 1998, Stéphanie Schneider entre aux Arts et Métiers sur les conseils de sa professeure de physique. Au centre de Metz, elle fait partie de la deuxième promotion effectuant sa troisième année à Karlsruhe (Allemagne). Attirée par l’énergie, elle commence sa carrière dans les Ardennes comme adjointe de l’agence d’exploitation du réseau électrique départemental d’EDF. «Une belle expérience humaine, exactement ce que je recherchais : gérer des équipes en les accompagnant dans la conduite du changement.» On lui confie ensuite une équipe de 100 personnes et la restructuration de l’activité clientèle avant l’ouverture à la concurrence.

Trois ans plus tard, elle quitte EDF pour devenir chef de cabinet du directeur en charge de l’activité GNL chez Gaz de France. En 2008, après une année intense à la tête du département finances et risques de marchés du département GNL, issue de la fusion GDF-Suez, Stéphanie Schneider intègre la filiale Exploration et Production (E&P). Elle se voit confier le plan d’affaires et la stratégie. Pendant quatre ans, elle évolue dans le secteur des fusions-acquisitions et contribue à la cession de 30 % d’Engie E&P au fonds chinois CIC pour 2 milliards d’euros.

Stratégie et régulation

En 2015, l’ingénieure rejoint GRT Gaz, filiale régulée d’Engie, dont elle devient directrice adjointe stratégie et régulation. «Je négocie les tarifs de transport de gaz avec la Commission de régulation de l’énergie et inscris GRT Gaz dans la transition énergétique.» Stéphanie Schneider n’a pas oublié les Arts et Métiers et se verrait même contribuer un jour à la vie de l’École : «L’ingénieur de demain devra accompagner les changements d’un monde en ébullition, nous devons attirer les jeunes vers Arts et Métiers.»