Par amour du défi

Président d’une PMI spécialisée dans les services et solutions mécaniques, Didier Jouve (Ai. 83) aime relever des défis professionnels.

Depuis 2001 à la tête de DJ Méca (200 collaborateurs), un fournisseur de services et de solutions mécaniques (Schneider, Volvo Trucks, Sidel, Staubli…) répartis sur six sites spécialisés, Didier Jouve, 54 ans, s’est bâti une jolie carrière, tout entière construite sur l’innovation et le risque. À sa sortie d’Arts et Métiers, il intègre une TPE en tant qu’ingénieur R&D. «J’ai travaillé sur une première mondiale, les câbles 100 % synthétiques de la gare TGV de Nantes», se souvient-il fièrement. Embauché ensuite en tant qu’ingénieur d’affaires, il participe à l’élaboration des câbles «révolutionnaires» employés lors des jeux Olympiques d’Albertville en 1992. Dans la foulée, il participe à l’élaboration des câbles qui vont servir à explorer l’épave du «Titanic».
En 1994, Didier Jouve met le cap sur le Périgord, en tant qu’ingénieur commercial. «J’ai vendu des machines spéciales. Je suis surtout allé en Allemagne et en Chine. L’expérience fut très enrichissante», explique celui qui a toujours sacrifié son confort à l’intérêt et aux défis professionnels. En 1999, en Haute-Savoie, il dirige un site de fabrication d’outils à tarauder sur presse — «un marché de niche», précise-t-il. En 2001, avec son ancien PDG, il reprend deux entités industrielles à Feurs (Loire) et Voiron (Isère), qui vont devenir DJ Méca après restructuration et rachats de sociétés. «Nous proposons désormais une offre globale intégrée à nos clients», précise cet amateur de sports mécaniques et d’accrobranche.