Un pas après l’autre

Avant de reprendre les rênes de l’entreprise familiale, Alexandre Petit-Jean (Cl. 93) a effectué la première partie de sa carrière dans l’automobile.

Reprendre l’entreprise familiale de chaudronnerie, comme l’ambitionnaient son père et son grand-père ? Pourquoi pas, s’est dit Alexandre Petit-Jean, quand il était plus jeune. Mais, avant, il décide, sur les conseils d’un camarade gadzarts, d’aller s’aguerrir ailleurs. En 1996, il débute donc chez Frank et Pignard, un fabricant de pièces automobiles situé dans sa Haute-Savoie natale. L’ingénieur passe rapidement responsable d’une unité de production, puis d’une deuxième… et se retrouve, au bout de sept ans, à la direction d’un site de 160 salariés. «Une expérience très formatrice», commente-t-il. En 2003, il a le sentiment d’avoir fait le tour et, surtout, l’envie d’être son propre patron. Il est donc temps pour lui de rejoindre l’entreprise familiale créée par son grand-père, Henri Petit-Jean.

Transition réussie

D’abord codirecteur avec son père, pour assurer la transition en douceur, Alexandre Petit-Jean prend la direction en 2011 et contribue au développement de nouveaux produits (convoyeurs, essoreuses, containers…) et à leur exportation vers le reste de l’Europe et, depuis peu, les États-Unis. Si bien que le chiffre d’affaires a augmenté de 60 % ces deux dernières années. En 2016, il a même recruté un gadzarts pour le seconder. Mais la prudence est son maître mot : «Mon objectif est avant tout de pérenniser l’entreprise», prévient-il.