“Robots et exosquelettes n’éliminent pas les TMS”

Pour Laurent Kerangueven, ergonome et expert d’assistance conseil en prévention des troubles musculo-squelettiques à l’INRS (1), la prévention doit rester une priorité. Et il est nécessaire d’évaluer correctement l’apport des nouvelles technologies à la fois côté bénéfices mais aussi côté risques.

Pour consulter cet article, vous devez être abonné à Arts & Métiers Magazine.

Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter à votre compte.

Si vous souhaitez vous abonner au magazine, cliquez sur ce lien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.